Je me souviens du type, un peu en avance, au lycée, qui le premier nous colla sous le nez son Walkman à cassette, avec ses écouteurs à mousses oranges. Un truc inouïe pour le coup. Le baladeur (comme disent les Japonais) a changé bien des paysages, bien des humeurs de paysages.


Marcher dans une partition qui n’a pas été écrite pour l’endroit où vous êtes. C’est curieux. C’est efficace. L’allure change. Le regard n’embrasse pas de la même manière. On a vite fait de jouer soi-même quelque chose.
Marcher dans un site historique manquera toujours de l’organique qui fut le sien. Les muséographes s’y collent. Les reconstitutions ont souvent des odeurs de saucisses, un air de plastoc.
Bon. Ici, le marketing dirait : «Ahah ! And now, the binaural !». Ouais.
C’est vrai que l’idée d’entendre courir à côté de soi des gens sensés ne pas y être ne garantit pas que vous vous sentirez trois siècles en arrière.
A quoi ça ressemblait ? Comment se jeter trois siècles en arrière ?
A quoi bon ?
Je ne sais pas.
Mais la sensation d’entendre passer des fantômes (cette sorte de présence immatérielle) ne se pose pas la question, non. La sensation survient. Voilà. Elle court-circuite la jugeote : et hop, je me retourne pour voir qui me tourne autour.
Je sais : manipuler la sensation ne doit pas faire oublier de s’en poser, des questions.
En fait, ces petites considérations concerneraient plutôt [JardinsEst], qui joue à fond sur la présence de la Guide. Mais ça sera pour dans quinze jours…
Ici, j’ai choisi des extraits plutôt « musicaux »…
Bon. On écoute ?

2009, 15’00 (en version linéaire), 180’00 (en version Chimera)
1ère diffusion : [Nuit Bleue], Elektrophonie, le 11 juillet 2009

Avec :
– Morgan Touzé, voix
– Erwan Burban, trompette & cor
– Tali Serruya, Charlotte Loinard, Anais Cabarat, Thibault Dupperon, Claire Dutilleul, Rémi Dechaume, Benjamin Roos & Audrey Lope, sous la houlette de Guillaume Dujardin (DEUST, Besançon)

[Chlorures] a été composé pour visiter la Saline Royale d’Arc et Senans, dans le Doubs.
Produit par Elektrophonie, avec le soutien de l’Université de Bretagne Occidentale, Master Image & Son, Brest.