Morgan chante les îles de l’ouest en binaural.

Le deuxième album que nous avons réalisé ensemble, Duig’s dream, a été enregistré avec des couples AB omni (4 DPA 4003, un couple proche, un lointain) dans des acoustiques réverbérantes. Telle chanson dans telle église, telle autre dans celle-là, telle deuxième voix dans telle chapelle et telle troisième dans la tour Vauban de la Hougue.


Morgan a participé à quasiment toutes nos productions binaurales et l’idée d’un disque en 3D trotte depuis longtemps.
À l’occasion d’une tournée en Pologne, à l’automne 2016, sur un répertoire conçu autour des îles occidentales, Ynys a été enregistré devant un mannequin. Nous avions comparé avec le couple AB précédent (et retrouvé sa qualité), mais le surcroit de présence et l’ouverture 3D du binaural faisaient facilement pencher la balance.

C’est néanmoins un disque tout simple, un premier essai tranquille. La dernière plage est enregistrée dans une église crétoise, avec l’ambiance de dimanche d’après la messe, mais les autres titres sont captés en studio sans effets de déplacement, de chuchotis, d’empilage de couches comme nous en avons l’habitude. Le caractère lumineux de ces dix évocations de l’île celte suffit à porter le disque.

Mais nous avions le souci d’une bonne compatibilité entre l’écoute au casque et l’écoute sur enceinte, pour le respect des timbres en tout cas. Nous n’avons pas de problème à assumer une écoute exclusive au casque, mais la simplicité du rapport entre l’auditeur et le chant permettaient d’en favoriser l’écoute sur haut-parleurs, en tout cas d’y porter attention.
Nous avons trouvé un compromis pour que la couleur soit agréable sur haut-parleurs en abîmant le moins possible la projection 3D, qui est subtile ici. Au casque, la proximité de la chanteuse est sensible et les micro-mouvements naturels, la harpe est très lisible et s’étage en hauteur. Les réverbérations viennent d’empreintes réelles et récompensent l’écoute au casque.

Vivement le prochain !